Origami et fête de Tanabata à l’espace Zmorda

Origami et fête de Tanabata à l’espace Zmorda
Origami et fête de Tanabata à l’espace Zmorda
Rate this post

Le 9 juillet 2014, à l’espace Zmorda, s’est  déroulé un atelier d’origami destiné aux enfants à l’occasion d’une des nombreuses fêtes de l’été nippon.

Atelier d’origami

L’origami est un art traditionnel japonais de pliage de papier. En pliant le papier selon différents modèles, on obtient des animaux, des plantes, des objets, des ustensiles et des objets décoratifs. L’origami, transmis  génération après génération, est, chez les Nippons, un moyen d’accéder à la culture et à l’esthétique japonaises depuis la nuit des temps. C’est un art facile à apprendre, un monde plein de surprises et de découvertes.

Les enfants, de 4 à 12 ans, ont été coachés par une équipe de 6 personnes, l’animatrice et 5 membres de l’équipe Zmorda.
Ils ont commencé par réaliser des modèles d’animaux : chat, chien, poissons. Puis, selon leur âge, le papier coloré léger du début a fait place, au fur et à mesure de la progression vers des formes plus complexes, à un papier cartonné. Les petits étaient très intéressés et concentrés sur la réalisation des modèles qu’ils ont soit ramenés à la maison, soit accrochés dans les arbres du jardin de Zmorda.
Pour finir, en l’honneur de la fête de Tanabata, les enfants ont écrit des vœux sur des bandes de papier cartonné coloré et les ont suspendus dans la bambouseraie. Les arbres à vœux, fruits d’une longue tradition venue d’Asie, symbolisent le détachement des désirs terrestres pour atteindre un idéal de liberté.
Des souhaits à l’image des enfants, tendres, drôles, ou innocents tels que : « je veux devenir musicien », « je veux avoir un chat à la maison », « je veux devenir célèbre » « je veux un monde de paix ». 

Michie Takasu, attachée culturelle de l’Ambassade du Japon
« Origami veut dire pliage du papier, c’est un art traditionnel japonais, qui se fait du bout des doigts, un pli après l’autre. A partir d’une feuille de papier, on peut créer une panoplie d’objets à trois dimensions. En fait, ce sont des créations qu’on réalise à l’occasion de la fête du Tanabata, célébrée le 7 juillet.
Les enfants japonais célèbrent cet événement en créant des motifs et des objets variés et en les accrochant aux bambous avec leurs vœux écrits ».

La fête Tanabata

Tanabata, « Septième nuit du septième mois », est la fête japonaise des étoiles issue des coutumes traditionnelles nippones et d’origine chinoise. Elle célèbre la rencontre d’Orihime, déesse tisserande, et d’Hikoboshi, un bouvier (berger) mortel. La légende raconte que la voie lactée qui traverse le ciel, sépare les deux amants, et qu’il ne leur est permis de se rencontrer qu’une fois par an, le septième jour du septième mois lunaire du calendrier. Pour empêcher les amoureux de se retrouver, les dieux ont, en effet, décidé de séparer les deux mondes (celui des dieux et des mortels) par une rivière infranchissable, la voie lactée. Mais, devant les pleurs incessants de la déesse et des enfants nés de cette union avec le berger, ils leurs accordent juste une nuit, une fois par an, pour se retrouver.
Aujourd’hui, les Japonais célèbrent cette fête en portant la yukata (kimono d’été)  et en accrochant des vœux aux bambous. Ils les écrivent sur un tanzaku (petite carte verticale utilisée à l’origine pour écrire des poèmes) et les suspendent au niveau des feuilles. Grâce à Orihime et Hikoboshi, les vœux deviendront réalité. L’arbre, ainsi décoré, est soit brûlé, soit  jeté vers minuit ou le lendemain dans une rivière. 

L’art de vivre japonais

Les valeurs de la société japonaise reposent sur un concept universel « un esprit sain dans un corps sain ». Leur culture est raffinée, elle est fondée sur un sens aigu de l’organisation, de la discipline  et de la rigueur… une réalité au quotidien qui frappe tous les visiteurs et marque tous les échanges avec des Japonais. Les Japonais cultivent l’instant présent dans une ambiance de bien-être ; l’art de vivre à la japonaise se focalise sur « vivre bien ici et maintenant ». Un concept authentique et zen au quotidien. Cet art de vivre esthétise et poétise chaque moment de la vie. Ainsi, l’Ikebana, art du bouquet, ou le rituel du thé par exemple, symbolisent à eux seuls le raffinement à la japonaise. Pour le premier, il s’agit d’élaborer une combinaison qui sublimera les fleurs, dans un esprit souvent minimaliste (une fleur, une branche et un ustensile), chacun peut devenir artiste. Quand à l’art du thé, qui associe l’art du kimono, de la calligraphie, du raku etc., sachez que la cérémonie et ses subtilités peuvent durer 5 heures. 

L’ambassadeur du Japon

L’actuel ambassadeur du Japon, Juichi Takahara, renouvelle à chaque évènement de coopération bilatérale sa volonté d’appuyer et de suivre les activités et les initiatives de l’ambassade dans son pays.
Par ses différentes activités techniques, sociales, économiques, environnementales et culturelles, pour promouvoir la coopération tuniso-japonaise, l’ambassade du Japon a toujours œuvré à renforcer les liens d’amitiés entre les deux pays, soutenir la Tunisie dans le processus de démocratisation et de développement. En effet, le Japon a mis en exergue un programme de soutien et d’appui sous forme d’aide et de dons aux projets qui répondent aux besoins spécifiques culturels, éducationnels et économiques des populations locales tunisiennes.

Retour

Moulin d Or
salima
motif hr
icon13

DANS MA CUISINE 

  • profilVotre compte
  • Mon carnetMon Carnet
  • Mes menusMon Menu
  • Forum sanafaLe Forum
motif 2
icon17
Pas le temps
de faire les courses ?
Vos Ingrédients
Nos suggestions
icon18
motif18
icon20

Le blog du mois

Nom du blog : Délices et Caprices
Personne qui tient le blog : Ibtissem El Harran 
Lien :
 https://titissemcaprices.blogspot.fr/