Coaching & Cooking

Coaching & Cooking
Coaching & Cooking
Rate this post

Le samedi 12 avril 2014, un atelier culinaire d’un tout nouveau genre, inédit en Afrique, s’est déroulé à l’espace Zmorda.
Il faut dire que le cadre se prêtait parfaitement bien à la présentation de ce nouveau concept « Coaching & Cooking » par Ariel Betti et Corbet Wrong.
Nouveau concept, car si on connaissait déjà les ateliers culinaires, ultra tendance, et si on avait déjà une vague idée du coaching d’entreprise ou sportif notamment, le mariage des deux pouvait, au premier abord, paraître saugrenu voire incongru.
Sanafa ne pouvait passer à côté de ce qui pourrait bien changer votre vision de la cuisine et de la vie, c’est en tous cas l’ambition des deux animateurs. Découverte…

Florence Pescher

Ariel Betti et Corbet Wrong

Avant de se plonger dans la philosophie de Coaching & Cooking, il convient de présenter nos hôtes.
Ariel Betti, fils d’un diplomate camerounais, a quitté son pays natal dès l’âge de 8 ans et vécu dans plusieurs pays au gré des mutations de son père.
Très tôt, il a découvert les cultures du monde, ce qui a ouvert son esprit et élargit sa vision. Et très jeune aussi, Ariel a ressenti une profonde nécessité de développer la notion de service.
C’est donc pour « aider » les gens, qu’il a étudié la philosophie, les langues (il en parle 8), les arts martiaux (pour la connexion avec son corps) et les ressources humaines.
Installé depuis 5 ans en Tunisie, par envie de découvrir la culture arabo-musulmane, il est à la fois coach sportif, coach en entreprise et de vie, interprète, professeur d’arts martiaux (taï chi) et de méditation.
Dans ses  « règles de vie » comme il le dit, l’amour des autres, le partage, le service, le bien être, l’effort et un bonheur décidé.

Corbet Wrong est arrivé il y a peu dans notre pays. Comme Ariel, cet américain né à Hawaï, a beaucoup voyagé. A 15 ans, il réalise ses premiers sushis et se passionne pour la cuisine asiatique, mais c’est vers la thérapie par la musique qu’il se dirige d’abord.
Corbet Wrong est musicothérapeute. Pour lui, cuisiner traduit sa philosophie de vie.
Corbet a décidé de faire coïncider sa passion et son métier. Ariel et lui se sont rencontrés dans le milieu sportif, ont compris tout de suite l’intérêt de réunir la cuisine et le coaching et de faire partager ce qui permettra aux cuisiniers (ières) de cuisiner différemment et surtout de vivre différemment.
Parce que la cuisine inspire et influence notre santé, notre mental, notre vie, changer son regard et sa pratique peut provoquer un véritable changement de vie.

Le concept

Coaching & Cooking se déroule en deux temps sur 4 heures, une première partie théorique, et une partie pratique. Ce premier atelier fait partie d’une série de 6 à 7 séances qui seront programmés sur une année.
C’est une initiation en quelque sorte, mais pas de souci, même si vous n’avez pas pu assister à cette première présentation, vous pourrez rejoindre le groupe à tous moments.
Ariel fournira à chaque participant les documents de base et insiste sur le fait que l’important n’est pas quand on commence mais « comment on digère ».
Le coaching est quelque chose d’abstrait, qui agit au niveau du mental, souvent utilisé en entreprise ou dans le sport.
La cuisine est concrète, elle répond déjà à un besoin primaire, la faim, fait appel à nos 5 sens. Mais autant pour l’un que pour l’autre, l’ouverture d’esprit et la capacité de digestion (au sens propre comme au figuré) sont primordiales car elles permettent d’être en bonne santé et de dépasser les obstacles. 

A la base de tout des questions et des affirmations : 

• Si tu veux connaître quelqu’un, mange avec lui (proverbe africain)
• Comment est-il possible que 2 personnes qui cuisinent la même chose avec les mêmes ingrédients, obtiennent un résultat différent? 
• Votre cuisine est le reflet de qui vous êtes en ce moment, car elle est directement liée avec vos émotions et votre ressenti. 
• Elle dépend de l’état dans lequel vous cuisinez, et finalement ce qui compte est plus comment vous le faites que ce que vous faites.
• Savoir qui on est, quels sont nos besoins et ce qu’on veut vraiment est très important.
• Si tu veux aller loin dans ce que tu fais, met y de l’amour, c’est le secret.
• Quand je prépare, qu’est ce que je donne à manger à mon corps, à mon cœur, à mon esprit ?

Et des promesses : 

• Vous allez adorer la cuisine
• Vous ne verrez plus la cuisine comme avant
• Vous ne vivrez plus comme avant.

Il s’agit donc de faire attention à soi et autres, à ce qu’on mange, d’avoir de la gratitude pour soi et pour ceux qui vous ont permis de pouvoir réaliser un plat. Car derrière un simple oignon ou un poisson, il y a des hommes, qui ont planté, qui ont pêché etc. d’autres êtres humains dont l’effort aboutit dans nos assiettes.

Fini la génération fast food, faire soi-même c’est se dire « je t’aime », la cuisine est un acte d’amour.
Servir les autres, c’est se servir soi-même.
La peur de rater conduit bien plus sûrement à l’échec que l’envie de faire. Ne jugez jamais sur les apparences et soyez fier de ce que vous faites car c’est un prolongement de vous.
Et soyez toujours affamés de vie, « il n’y a que les cadavres qui sont rassasiés»!

Pour illustrer et mettre en pratique ce concept, les animateurs ont choisi de faire réaliser aux participants des sushis végétariens, plus simples à réaliser que ceux qui demandent une maîtrise pointue de la découpe du poisson. Parce que le sushi enseigne l’art des étapes, qu’il a un aspect visuel esthétique fort, et qu’il suscite la curiosité de nombreux d’entre nous. 


Sushi végétarien
Sushi végétarien

De
Sanafa
le 30-4-2015

  • Pour
    6
    Personnes
  • Préparation
  • Cuisson
Ingrédients

• Du riz japonais

• Des feuilles d’algues spéciales sushis 

• ½ concombre, 

• 1 carotte 

• 1 champignon 

• Quelques feuilles d’épinard 

• De l’omelette japonaise 

• Du vinaigre de riz (mirin) 

• De la sauce soja 

• 1 petite natte de bambou.

Préparation

1 Rincez le riz à l’eau froide jusqu’à ce que l’eau soit claire, égouttez.

2 Ajoutez de l’eau fraîche au riz en utilisant le rapport suivant : 4 tasses d’eau pour 3 tasses de riz

3 Portez l’eau à ébullition, baissez le feu et laissez mijoter pendant 15 min.

4 Éteignez le feu et retirez la casserole du feu ; laissez reposer 15 min.

5 Pendant que le riz refroidit, mélangez ½ tasse de vinaigre de riz avec 2 cuillères à soupe de sucre et 2 cuillères à café de sel. Faites dissoudre le sucre et le sel dans le vinaigre. 

6 Après quelques minutes de repos, ajoutez au riz le vinaigre, mélangez délicatement et uniformément.

7 Laissez refroidir à température ambiante. Passez à la réalisation des sushis !

8 Pour la sauce, mélangez jusqu’à dissolution à parts égales de la sauce soja, du sucre et de l’eau.

9 Ajoutez les légumes (champignons, carottes, concombre)  coupés en fins bâtonnets et laissez mijoter 15 minutes.

10 A côté, faites sauter à la poêle sans matière grasse les épinards et réservez.

L’omelette japonaise :

1 Mélangez 9 œufs, 4 cuil. à soupe de sucre, 4 cuil. A soupe de mirin (le vinaigre de riz), 6 cuil. à soupe d’eau chaude, 4 cuil. à soupe de sauce soja.

2 Battez soigneusement jusqu’à ce que le mélange d’œufs commence à mousser.

3 Filtrez le mélange dans un bol. Faire cuire au feu doux / moyen dans une casserole profonde afin  de créer une omelette épaisse.

Le montage

1 Placez près de vous un petit bol d’eau tiède qui vous servira à humidifier vos mains (pour manipuler le riz) et le couteau pendant le montage.

2 Déposez sur votre planche à découper un petit rectangle d’éponge plate et propre, puis votre natte de bambou. 3 Au centre placez la feuille d’algue côté brillant vers vous. Etalez uniformément sur 1,5 cm d’épaisseur environ une boule de riz, en commençant seulement à 2cm du bord haut de la feuille. Pour vous aider, placez votre main le long de la feuille comme une barrière. Disposez au centre de la feuille dans le sens horizontal les éléments que vous voulez mettre dans votre sushi, (omelette japonaise coupée en lamelles, épinards, légumes etc.). Saisissez la natte en maintenant légèrement la feuille d’algue, roulez de sorte que l’extrémité basse de la feuille vienne toucher la partie supérieure où commence le riz. Effectuez une légère pression pour faire colmater les 2 parties de la feuille et du riz ensemble, puis, tout en maintenant l’ensemble, continuez de rouler le bambou jusqu’à dérouler le sushi. 4 Egalisez avec la main les extrémités du sushi.

5 A l’aide d’un grand couteau plat, sans dents, à la lame bien aiguisée et mouillée d’une goutte d’eau, découpez les tronçons de sushi. C’est prêt.

6 Servez avec de la sauce soja dans un petit bol, du wasabi et des lamelles de gingembre au vinaigre.

7 Pour celles qui veulent varier, vous pouvez ajouter du saumon fumé, du fromage frais type carré frais, de l’avocat, des crevettes, du surimi etc. et varier les plaisirs.

Retour
Moulin d Or