Passer par l’alambic

Passer par l’alambic
Passer par l’alambic
Rate this post

Né 3 500 ans avant notre ère, ses premières traces sont retrouvées chez  les Égyptiens et en Mésopotamie qui connaissaient l’alambic : l’Antiquité distillait déjà.

Un peu d’histoire sur l’alambicL’alambic en Tunisie

Autrefois en cuivre étamé, l’alambic tunisien se fabrique le plus souvent en aluminium et garde sa fonction première, celle de distiller au printemps les eaux florales : bigaradier, géranium, rose, églantine…
Il est composé d’une chaudière dans laquelle se trouvent les liquides à distiller, chauffée directement sur un foyer et servant de bain-marie, d’un chapiteau recouvrant la chaudière, d’un col de cygne, tube primitivement en arc de cercle (d’où le nom) amenant les vapeurs dans le condenseur et d’un serpentin, tube sur les parois duquel les vapeurs se condensent par l’effet du refroidissement, dû au liquide circulant autour.
Les plus anciens appareils avaient un condenseur rectiligne plus ou moins incliné.
Les ménagères les plus pratiques, elles, se débrouillent avec leur cocotte minute, un serpentin de cuivre muni d’un tuyau en plastique.

Héla Msellati

Retour

Moulin d Or